John McCracken

John Harvey McCracken est un artiste contemporain qui a vécu à Santa Fe (Nouveau-Mexique) et à New-York. Au début de l'âge adulte, McCracken sert dans la marine pendant 4 ans avant de s'inscrire au California College of Arts and Crafts, à Oakland, où il obtient un baccalauréat en 1962. Durant ces années, il étudie avec Gordon Onslow Ford et Tony Delap. John McCracken développe sa première œuvre sculpturale alors qu’il étudie la peinture au California College of Arts and Crafts entre 1957 et 1965. En expérimentant de plus en plus avec des toiles en 3 dimensions, l'artiste commence à produire des objets fabriqués avec des techniques et des matériaux industriels, créant des surfaces lisses très réfléchissantes, qui lui valent une reconnaissance internationale immédiate.

Il applique à sa production artistique des techniques similaires à celles utilisées dans la construction de planches de surf. McCracken fait partie du mouvement Light and Space, qui englobe l'œuvre de James Turrell, Larry Bell, Peter Alexander, Robert Irwin, entre autres. Dans les entrevues, cependant, McCracken cite habituellement que ses plus grandes influences sont les champs de couleur de l'expressionnisme abstrait, l'œuvre Barnett Newman et de minimalistes tels que Donald Judd, Carl Andre et Dan Flavin. Les premiers objets créés par John McCracken sont dérivés de logos d’entreprises tels que le logo de Chevron.

« Ses sculptures traitent les interrelations qui existent entre le monde matériel et le design. »

En 1966, John McCracken conçoit sa forme sculpturale de signature : une planche, étroite, monochromatique, de format rectangulaire, penchée en angle contre le mur tout en entrant dans l'espace physique tridimensionnel du spectateur. Il conçoit cette idée à une période où les artistes minimalistes combinent les aspects de la peinture et de la sculpture dans leur travail ; beaucoup expérimentent avec des surfaces lisses et impersonnelles. Comme l'artiste déclare lui-même : « Je vois la planche comme existant entre deux mondes, le sol représentant le monde physique des objets tels que les arbres, les voitures, les bâtiments, les corps humains... et le mur représentant le monde de l'imagination, l’espace de la peinture illusionniste, l'espace mental humain. »

En plus des planches, McCracken crée également des pièces murales et des sculptures de forme et des taille différentes, allant de petites formes sur des socles à de grandes structures extérieures en forme de pyramides, de ziggourats, de tétraèdres et parfois de cristaux. Il travaille avec l’acier inoxydable poli et le bronze.

En 1971-72, il réalise une série de peintures basées sur des mandalas hindous et bouddhistes. Des années 1970 jusqu'au début des années 80, une période où McCracken enseigne à l'Université du Nevada et à l'Université de Californie, il reçoit relativement peu d'attention de la critique. Un déménagement à Los Angeles, en 1985, avec sa femme, l’artiste Gail Barringer, relance sa carrière : il produit de nouvelles oeuvres, expose dans des galeries et des musées. Une nouvelle génération d'artistes et marchands reconnaissent à nouveau son talent artistique. John McCracken s’installe à Santa Fe en 1994, et y reste jusqu'à son décès, le 8 avril 2011, à l’âge de 76 ans.